Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 03:41

 

Après avoir quitté Bagan nous avons regagné Kalaw par la route. Cette ville étant à 1300 mètres, le bus a bien peiné pour effectuer la montée. Plusieurs arrêts furent nécessaires, certains pour refroidir le moteur en l’aspergeant avec de l’eau. Nous avons aussi été retardé  par une sortie de route d’un petit bus local qui s’est mis dans la rivière. Heureusement pas d’eau en ce moment. Après l’avoir tiré de là, quelques coups pour redresser la toile et il est reparti… Incroyable ! Pendant ce temps je faisais quelques photos de transports locaux,myanmar1 5406 là aussi il y a de quoi rigoler parfois.myanmar1 5413 Kalaw n’est pas une super citée mais c’est un peu le passage obligé pour regagner le lac Inle. Notre guesthouse est juste à coté de la pagode,myanmar1 5433 de la chambre on voit le sommet illuminé le soir. Nous avons visité la ville à pied et ce fut facile car elle n’est pas grande. Le coiffeur était à son poste pour une coiffure « new style »,myanmar1 5447 les pigeons avaient pris place sur la chaussée,myanmar1 5443 le linge séchait sur les ponts après avoir été lavé en dessous.myanmar1 5452 Quelques maisons avaient des fleurs myanmar1 5449et cela égaillait une ville un peu endormie me semble t-il. Nous avons été voir la « Sam Family » qui organise des treks car en fait c’est pour cela que nous sommes venus ; faire le trek de trois jours qui relie Kalaw au Lac Inle. Sam nous explique, 6 heures de marche le premier jour, 7 heures le deuxième et 5 le troisième. Après échange et discussions, c’est ok, nous ferons le trek de trois jours. Le lendemain nous récupérons Clotilde et Yannick, deux amis de voyage rencontrés sur le bateau qui nous amenait à Bagan. Aurélien se joindra à nous pour compléter notre groupe qui sera de 5 personnes plus Kazor qui sera guide et Kahor  popotier. La première halte sera pour le déjeuner dans un village traditionnel. La cuisine sera au feu de bois myanmar1 5472 et elle est simple mais bonne.myanmar1 5475 Sur le parcours nous voyons un monastère et des paysages de culture. Kazor nous donne des explications sur tout ce qui nous entoure. Après le déjeuner il fait très chaud et il faut continuer la route. Notre guide nous explique qu’il y a « le soleil chaud et le soleil froid » ! Au début difficile à comprendre mais en fait c’est l’exposition au soleil, « soleil chaud »  et à l’ombre, « soleil froid ».myanmar1 5498 Nous faisons souvent des haltes au « soleil froid ».myanmar1 5571 Nous croisons plusieurs fois le TGV, Train Grandes Vibrations myanmar1 5481 et nous nous arrêtons à la gare de campagne  pour prendre un thé. Un peu de temps plus tard nous arrivons au village ou nous passerons la première nuit. Nous le voyons de loin car un stupa doré domine en son centre.myanmar1 5496 Tout autour du village les champs son vert tendre, c’est qu’ici on cultive l’ail et on l’exporte même aux voisins thaïlandais.myanmar1 5545 La famille qui nous accueille possède une habitation très simple et nous partagerons la pièce du haut à cinq.myanmar1 5516 La soirée s’est effectué autour du feu de bois dehors car c’était là qu’il faisait le plus chaud !myanmar1 5525 Une belle soirée avec les familles, Kazor traduisait  et Aurélien qui c’est appliqué à apprendre le birman ont animé cette rencontre impromptue. La nuit fut très froide et pas terrible, nos corps n’ayant pas trop l’habitude de dormir sur le sol avec seulement une natte, malgré deux couvertures, il ne faisait que 10°.myanmar1 5528 Au réveil se fut encore autour du feu myanmar1 5529 que nous nous sommes réchauffé avant le départ pour une longue journée. Une jeune femme pilait le curcuma et Kazor m’en a mis un peu sur le visage car cela protège du soleil.myanmar1 5552 Après expérience, je confirme. Le curcuma est une racine,myanmar1 5539 il faut la piler myanmar1 5536 et ensuite la faire sécher myanmar1 5537 avant de la réduire en poudre. C’est une épice très prisée des birmans. Dès le matin de bonne heure, les gens du village se mettent au travail, soit dans les champs pour préparer le sol avant de planter  le riz, soit pour recueillir du bois pour la cuisson et le stocker pour la période de mousson.myanmar1 5534 C’est un peu regrettable car ce n’est pas la période du riz et les terres ne sont pas vertes. Pourtant il y a de belles terrasses myanmar1 5549 et de beaux panoramas,myanmar1 5555 en période de récolte du riz cela doit être super beau. De voir ces grandes étendues de terres cultivées et de savoir que tout le travail est manuel force le respect. Nous avons quand même vu des arbres de toute beauté,myanmar1 5569 de quoi faire rougir les élagueurs ! Clin d’œil à Rémi. En marchant sur les lignes de crêtes les paysages étaient à l’infini, mais pour cela il fallait monter avant d’observer. Et là c’est Anita qui était en panne ! Nous sommes passés près d’un four à chaux d’un autre temps. Pendant trois jours on chauffe au bois ce four qui est directement dans la terre. A l’intérieur les pierres en chauffant vont se réduire en poudre et devenir de la chaux.myanmar1 5572 La fin de la journée a été un peu laborieuse,myanmar1 5497 les pieds avaient chauffés et les ampoules éclairaient bien pour certains. Anita a enlevé ses chaussures pour effectuer le dernier kilomètre, c’est en tongs qu’elle a fini, non sans bien rouspéter évidement.myanmar1 5580 Le soir même scénario que la veille avec le feu en moins. Les cuisiniers nous ont bien soignés, la toilette fut dehors à la cuve à eau, pas facile pour les filles je dois bien l’avouer.  Pour les wc se n’était pas mieux car nous ne pouvions pas tenir debout dedans. Mais nous nous sommes adaptés et la nuit fut bonne, la fatigue aidant. Au réveil la maitresse de maison et ses deux filles préparaient  des cacahuètes pour leur prochain repas.myanmar1 5594  La dernière étape n’était que de 5 heures de marche mais avec les jours précédents cela compliquait les choses. Clotilde avait de grosses ampoules qui la faisait boiter, plusieurs fois la menace d’abandon a planée mais avec ténacité elle est allé jusqu’au bout. De ce fait en chemin elle a pu voir ce beau caméléon qui se cachait dans un arbre.myanmar1-5621.JPG Encore une bonne ligne droite,myanmar1-5630.JPG une grande descente au chemin enroché et étroit et nous voilà arrivés. Le lac Inle ça se mérite, je crois bien que nous y avons droit !

Pascal

Partager cet article

Repost0

commentaires

meunier patrice 11/03/2014 10:49

Bonjour Pascal et Anita,je me demandais comment vous pouviez gérer vos deplacements visites et reportages dans une meme journée;alors les fautes dans les textes n'ont à nos yeux que peu
d'importance;l'essentiel est de partager vos moments de decouverte et partager vos emotions.C'est toujours un grand plaisir de tracer à vos cotés et de titiller notre curiosité.Bon courage pour la
suite;amities de danielle et patrice.

lamoun 12/03/2014 02:30



Merci pour ce très gentil message qui nous fait du bien!



Bernier 11/03/2014 09:34

Mea culpa
Nœud vous inquiètè pas d haies fôtes, jeu suis avec plaît zir vos père y gris nations.

Bise à tous les deux

Didier

lamoun 12/03/2014 02:29



Bon, je vois que même les instits font des fautes alors ça me rassure!!!



RABIER 08/03/2014 22:33

Anita,Pascal,
Merci pour ce beau reportage riche en couleurs et en paysages insolites.
Bravo pour votre immersion parmi la population locale.
Félicitations pour votre périple pédestre dans la Birmanie typique entre Kalaw et Inlé Lake !
jean louis et marie thérèse

Hergat 08/03/2014 16:51

Salut Anita,Pascal,comme tous les retraités je me déplace avec vous et j,apprécie vos images et commentaires .Profitez en bien et grosses bises à vous Gilbert.

Mauriceet Nicole Bois 06/03/2014 14:29

Bonjour Pascal et Anita.
Un beau trekking mais cela ne doit pas être agréable quand on a des ampoules . Merci pour ces moments avec les gens des étapes , nous vous souhaitons bonne route pour la suite de vos projets .
Amitiés a+.
Maurice et Nicole .