Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 02:41

 

La région de Darwin est  la région ou se trouvent le plus d'aborigènes en Australie. Leur premier contact avec des étrangers serait avec des marchands venants des Célèbes justement au 17eme siècle. Ceci expliquerait le nom de 'balandas' pour designer tous les non-aborigènes. Dans toute l'Asie du Sud on appelle ainsi les (colonisateurs) hollandais, et les Célèbes ont été colonise par la Hollande. Cela n'explique pas encore le nom d'Arnhem (ville en Hollande) dans le territoire du nord, il y a forcement eu un Hollandais qui est passé par là pour le nommer ainsi. Avant que Cook arrive, les hollandais et français avaient déjà visités la côte occidentale et méridionale de l'Australie. La partie occidentale était appelé 'la Nouvelle Hollande'.

Bref ce sont bien les anglais qui l'ont emporté. Apparemment les premiers contacts avec les colons n'étaient pas trop violents, mais les droits des aborigènes ont été complètement ignorés depuis le début. On considérait que les terres n'appartenaient a personne avant que les colons en prennent possession. Ce n'est qu'à la fin  des années 60 que les aborigènes ont commencé a faire valoir leurs droits, et ils ont obtenu la restitution des terres que 10 ans plus tard. Entre temps ils y ont laisse leur âme.

Les premiers colons venaient surtout d'Irlande, fuyant la famine du milieu des années 1800. Ceux-ci n'avaient pas beaucoup de choix non plus, c'était mourir de faim chez eux, ou tenter de survivre dans la nature hostile de ce nouveaux pays. Mais à l'époque ces gens buvaient déjà beaucoup d'alcool, et c'est comme cela que  les aborigènes ont commencés à boire et cela fait encore des ravages énormes aujourd'hui. Tellement qu'en 2006 on a dû instaurer une loi interdisant la consommation et l'achat d'alcool, ainsi que de la pornographie dans certaines zones du territoire. Ceci suite a la toxicomanie et les violences sexuelles dans certains communautés. Voila pourquoi j'ai du montrer mon passeport a chaque achat d'alcool dans un magasin. Même pour acheter deux bières. Et on fait une photocopie a chaque fois. Maintenant je n'ai pas eu impression que ce soit efficace.

Pascal a déjà d'écrit comment les aborigènes errent dans les rues, passent leur temps assis sur les pelouses, attendent le temps qui passe. Des familles entières, jeunes enfants compris. On se demande s'ils vont à l'école. Ça nous met extrêmement mal a l'aise. Ils ont perdu leur culture il y a très longtemps déjà, avec les premiers colons. C'était tellement différent de tous ce que nous pouvons connaitre. Tout est basé sur la terre et les ancêtres. La transmission de leur histoire se faisait a travers des desseins sur les rochers, 'dreaming', les histoires rêvées, ils sont loin leurs rêves...

Ils ont survécu dans une nature extrêmement hostile, dont ils connaissaient chaque élément, chaque point d'eau qui ne tarissait pas. Se nourrissant des racines, des lézards. Quand on voit des photos anciennes, on voit des gens desséchés, comme momifiés. Ce qui frappe sont leurs jambes fines. Mais a l'époque c'était en harmonie avec leurs corps minces. Maintenant ils ont toujours les mêmes jambes fines, mais des corps et des visages bouffies par l’alcool et la malbouffe. Il n'y a que trois ans que l'Australie a présenté ces excuses envers ce peuple pour la génération volée. Entre 1885 et 1960 l'état a enlevé les enfants a leur famille sous le prétexte de leur donner les mêmes chances que tout le monde en les assimilant a une éducation blanche, en les plaçant dans des orphelinats, des foyers publics et des familles d'accueils. On comprend qu'il reste du chemin a faire concernant la réconciliation. Mais en ce qui concerne le fait de trouver une vrai place au sein de cette société pour ce peuple, ca semble extrêmement difficile. Nous avons vraiment le sentiment que c'est un peuple perdu pour toujours.

images5-6062.JPG

Partager cet article

Repost0

commentaires

julien 08/10/2011 18:17


merci, pour ce textes instructif.


Micky 06/10/2011 09:20


A notre époque, est-ce possible ?
Tout ça me rend bien triste !
Pensées amicales.


Bois Maurice 06/10/2011 08:37


Bonjour pASCAL et Anita .
Quel beau reportage pour la vie des arborigénes , ce sont des gens complétement perdus .Ils ont perdu leur terre , leur raison de vivre, en plus on leur prend leurs enfants .Quel désarroi, nous
comprenons qu'ils soient déboussolés en ville .Pour eux , ils n'ont plus rien à se repérer .
Merci pour ces explications et bon voyage à vous deux .
Amitiés A+.
Maurice et Nicole .