Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 22:33

Nous sommes partis de Valparaiso le lundi 31 octobre pour aller plus au nord dans l’espoir de trouver un peu plus de chaleur. Direction La Serena.  Sept heures de bus, mais assez confortable, le système de bus fonctionne bien et ils partent à l’heure (c'est-à-dire les bus longues distances). La Serena est au bord du Pacifique, mais c’est très décevant, aucun attrait dans la ville, même avec ses vingt neuf églisesimages-6-9672.JPG la plage, c'est pas mieux.images-6-9678.JPG Par contre nous avions fait une halte à Coquimbo avec le bus avant d’arriver à la Serena et on avait aperçu des colonies de pélicans sur le bord de mer,images-6-7900.JPG nous sommes donc revenu les voir et c’était super,images-6-7925.JPG des centaines de pélicans alignés sur la promenade, pêchant dans l’océan avec des mouettes et surprise des lions de mer également.images-6-7956.JPG Nous avons vu passer au bord ce qu’on pensait être un phoque (mais finalement donc lion de mer) et nous étions tout contents.images-6-7894.JPG Effectivement un peu plus loin il y en avait plein qui sortaient sur les pierres. La raison pour laquelle les oiseaux et les lions de mer sont si nombreux ici est que c’est un port de pêche et le marché de poisson se trouve sur la promenade avec ses petits restaurants et tous les déchets de poissons sont jetés à la mer en fin de journée.

C’est vraiment magnifique de voir les lions de mer faire les beaux pour avoir du poisson et se chamailler entre eux et finalement ils recrachent le poisson parce qu’ils ne veulent pas des têtes et des queux mais le filet ! Ils font les difficiles. De toute façon ils sont capables de pêcher eux même ce dont ils ont besoin.

 

Comme il faisait toujours trop froid pour nous à la Serena et de toute façon il n’y avait rien à faire nous avons pris le bus local pour se déplacer de 70 km vers l’intérieur des terres vers un petit village appelé Vicuna. Et là surprise, tempête de ciel bleu, au moins dix degrés de plus. Ça s’explique apparemment par la précordillère qui arrête les nuages, donc dès qu’on dépasse un col on a du beau temps. Le paysage est très particulier ici, nous sommes entourés par des montagnes pelées avec des vallées très vertes avec de grandes vignes.images-6-9773.JPG Ici on fabrique le Pisco, une eau de vie locale. C’est la rivière Elqui qui traverse la vallée, elle n’est pourtant pas très rempli, mais on ne manque pas d’eau. L’ensoleillement est de 320 jours par an, que 10 jours de pluie au mois de juin, juillet, mais en continu et assez pour remplir les nappes pour l’année on nous a dit. Vicuna est une petite ville tranquille avec des petites maisons modestesimages-6-9710.JPG alignées se tenant toutes dans des routes quadrillées. Les rues sont toujours désertes,images-6-9766.JPG on se demande où sont les gens. La Plaça desArmas (toutes les places s’appellent comme ça au Chili) a son charme avec des bancs partout,images-6-9757.JPG l’égliseimages-6-9748.JPG et la tour de l’horloge en boisimages-6-9738.JPG du début du 20ème siècle. Les gens sont vraiment très gentils et nous sommes dans un hôstal (Donda Rita) très bien, tenu par une allemande (ça fait le troisième hôstal tenu par des allemands). Nous pouvons utiliser la cuisine,images-6-9886.JPG il y a une salle à manger commune. La déco est faite de napperons crochetés et bibelots partout. Nous avons l’ impression d’être en visite chez notre grand-mère.images-6-9888.JPG C’est très chaleureux et agréable. Dans le jardin il y a une petite piscine (je me trouve au bord en train de vous écrire pendant que Pascal lit le « lonely » sur un banc à l’ombre).images-6-9750.JPG Nous sommes tellement bien chez nous que nous sommes restés 4 jours. La région ici est connue pour son ciel clair qui n’est pas pollué par des lumières de la ville. On peut donc y observer les étoiles, la lune et le soleil à la perfection. Il y a que 6 ou 8  endroits dans le monde comme cela. Pascal vous racontera ces visites. A part cela nous avons rien fait de bien spécial ici. Nous avons pris le bus pour visiter une distillerie de Pisco,images-6-7993.JPG mais  il n’y avait pas vraiment de visite guidée. En tout cas ça nous a permis de faire du stop, nous sommes montés dans la beine du véhicule, ça nous rappelait l’Asie. Nous nous sommes arrêtés dans le village de Gabriella Mistral,images-6-9879.jpg une grande poétesse de Chili du début du 20ème, prix Nobel de la littérature comme Pablo Nureda dont elle fut la maitresse d'écoleimages-6 7996 (tu connais ses poèmes Françoise ?).  Et puis nous avons fait une balade sur les collines, il n’y a rien qui y pousse à part des cactusimages-6-9790.JPGassez grandimages-6-9793.JPG et très beaux,images-6-9785.JPG certains étaient en fleur.images-6-9791.JPG Ce qui était magnifique par contre est que nous avons vu arriver un Caballero sur un cheval blanc,images-6-7970.jpg tout comme dans un film. Le chapeau sur la tête, des éperons,images-6-7976.JPG une fière allure sur son cheval majestueux.images-6-7980.jpg  Ça donnait un air magique.

Bon demain on reprend le bus de nuit, départ à 18.00 heures, arrivé à St Pedro d’Atacama le lendemain à 9.30. C’est plus au nord, à suivre donc. Mais avant Pascal vous racontera comment la lune et le soleil se sont quand même rencontrés.   

Anita

Partager cet article

Repost0

commentaires

Valérie 08/11/2011 22:14


Bonjour, je vois que votre voyage se passe bien. J'espère que la communication devient plus facile avec vos progrès en espagnol. Dommage que vous ne puissiez pas nous ramener un peu de ce ciel pur
et bleu profond. Bonne route


lamoun 09/11/2011 02:07



C'est vrai qu'il est vraiment bleu le ciel ici, nous t'en envoyons quand même un peu par la pensée.



cristina 08/11/2011 22:06


coucou vous deux supers les photos, surtout celle de Anita dans la cuisine, elle est assorite aux meubles et à la déco !! lol
bisous


lamoun 09/11/2011 02:03



et oui Cristina nous faisons dans la déco sur nos photos aussi!!!



christine Theret 06/11/2011 11:42


Pascal et Anita je vous remercie de nous faire voyager a travers vos articles et vos photos. Mais grâce à vous, nous avons aussi le plaisir de rencontrer à travers les mots d'autre personne et de
lire de belle chose comme le poème sur le pélican posté par Françoise. Merci à tous.


lamoun 06/11/2011 17:32



et oui Christine, c'est ça aussi qui est bien avec le blog, on échange de belles choses et d'ailleurs tu dervrais prendre contacte avec Françoise car elle à écrit un livre" l'attrape secret" qui
te plairait surement.



Françoise 06/11/2011 11:01


Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
Ses petits affamés courent sur le rivage
En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
Ils courent à leur père avec des cris de joie
En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,
De son aile pendante abritant sa couvée,
Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
En vain il a des mers fouillé la profondeur;
L'océan était vide et la plage déserte;
Pour toute nourriture il apporte son cœur.
Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,
Partageant à ses fils ses entrailles de père,
Dans son amour sublime il berce sa douleur;
Et, regardant couler sa sanglante mamelle,
Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,
Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur.
Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,
Fatigué de mourir dans un trop long supplice,
Il craint que ses enfants ne le laissent vivant;
Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,
Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,
Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,
Que les oiseaux des mers désertent le rivage,
Et que le voyageur attardé sur la plage,
Sentant passer la mort se recommande à Dieu.

Ravie de vous retrouver dans cette si belle région. J'ai adoré les photos et surtout celel où, toi Anita, tu es assise sur un parapet et devant toi quelques pélicans qui te regardent...émouvant
alors je n'ai pas résisté au plaisir de t'envoyer un poéme signé Alfred de Musset que je te conseille de lire à ton bien aimé avant le sommeil du soir...
Bisous à vous deux


lamoun 06/11/2011 17:39



Merci pour ce beau poème, quand  je le  lis je revois les pélicans et ces rimes puissantes de sensibilités sont très émouvantes.



jean-jacques 06/11/2011 10:10


hello !!! vous continuez votre tour du monde , mais moi aussi !!! en fait j'ai 2 amis qui sont entrain de relier PARIS à NOUméa en ULM ,en ce moment ils survolent l'AUSTRALIE car ils sont partis
depuis début Septembre et vont bientot arriver , ils ont un blog et je navigue du votre au leur , ce qui me permet donc de faire un vrai tour du monde assis sur mon fauteuil en attendant mardi
prochain de m'envoler pour 2 mois au GABON !!! décidemment que des voyageurs ici !!! Allez j'espère que vous allez vous réchauffer un peu car quand vous allez descendre à USHUAÏA ça risque de
"re-cailler" !!! bises de Nad et JJ


lamoun 06/11/2011 17:33



Tu voyages par la pensée mais tu as aussi le gout de l'aventure et dès que tu le peux tu sais t'envoller vers d'autres horizons toi aussi.