Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 22:25

C’est à Trinidad que devait être notre prochaine étape, seulement avec les bus ce n’est pas toujours simple ! Pour rejoindre cette citée il fallait prendre un bus à 2h du matin. Pas question de se lever si tôt et de toute façon nous évitons de voyager de nuit car les bus d’ici ne sont pas fait pour cela, nous ne sommes pas en Argentine !

Ce sera de ce fait avec une étape à Santa Clara que nous couperons le voyage. Santa Clara est la ville où Le Che Guevara repose, cela se remarque quand on arrive avec la statue del Comandante toute en bronze avec une hauteur de presque 7m pour un poids de 20t. Dans la ville il est comme dans tout le pays partout présent. Nous avons donné notre préférence a une représentation beaucoup plus petite où le Che tient un enfant dans ses bras et un cigare dans l’autre main. L’enfant étant le symbole des générations futures. Sur cette statue, l’uniforme du combattant représente des épisodes de la vie du révolutionnaire avec notamment sur la boucle du ceinturon, les 38 compagnons tués avec lui en Bolivie.

Une balade nous permis de nous imprégner de la vie locale, autour de la Plaza Vidal, c’est animé et bon enfant. Il y a là toutes les générations confondues, c’est dimanche et les anciens font la peña de los Fakires et se déhanchent comme à vingt ans; un moyen d’éviter l’arthrose peut être ! Les chèvres promènent les enfants dans les carrioles et nous faisons les badauds à regarder tout cela.

Le lendemain c’est le départ pour Trinidad, en trois heures et demie nous devrions être sur place. Seulement, comme dit précédemment, avec les bus il y a des surprises. Là ce fut la panne après seulement 17 kms de route. Au début le chauffeur part avec son jerrican pour récupérer de l’eau à la rivière. Il refait le plein du radiateur et nous continuons, pas très loin, 5 kms après c’est l’arrêt définitif. Une durite a cassée et il faut réparer. Mais les conducteurs n’ont absolument rien et ne voient pas trop comment faire. Je me penche sur le moteur et je vois la fuite. Je comprends qu’il faut couper la durite et raccorder de nouveau. Un jeune argentin fait la même déduction que moi et décide d’intervenir. Pour cela je vais chercher mon couteau de survie qui possède quelques outils. Le garçon se glisse sous le car, moi je lui passe les outils. Après multiples rebondissements que je vous passe ici et pas moins de trois heures écoulées, le bus peut enfin repartir !

Au loin le clocher nous annonce Trinadad, nous sommes ravis d’arriver. Le bus roule sur les pavés conservés intactes depuis des siècles, les maisons colorées sont alignées, les carrioles de chevaux nous croisent, c’est sur cette ville va nous plaire. Nous rejoignons notre casa avec un vélo pousse qui roule sur les pavés du XVI siècle et c’est très chaotique. Arrivés a l’habitation, l’accueil est très gentil mais un petit problème se pose. La chambre proposée est très bien mais ne possède pas de fenêtre. Nous n’avons pas posé la question à la réservation et cela nous gêne un peu. Nous expliquons que nous ne dormons pas dans des chambres sans fenêtre car nous ne mettons pas la climatisation mais préférons laisser rentrer l’air. La propriétaire est très gentille et compréhensive. Elle nous propose de nous trouver un autre logement avec une fenêtre. Quelques instants après elle nous accompagne a une autre casa qui fera l’affaire. Pour la remercier nous sommes revenus diner chez elle, c’était très sympa et très bon. Elle nous explique que la chambre en question avait une fenêtre qui donnait sur le balcon, mais aussi sur la rue. Cette dernière étant très passante, ils ont muré pour ne pas entendre de bruit.

La nouvelle casa est très bien, du moins elle nous suffit. La chambre est petite mais tout est très propre et Bertha est très gentille. Ensuite nous comprenons que la casa voisine est de la famille et ces deux casas ont des pièces communes. C’est très bien car cela nous permettra de rencontrer d’autres personnes. Le comble est quand on apprend que la casa voisine est tenue par un hollandais qui est marié avec la nièce de Bertha. Anita a trouvé un compatriote et de longues discutions bataves ont agrémentées le séjour.

Trinidad est classé Patrimoine Mondial Unesco et elle le mérite. Nous nous sommes volontairement perdus dans la ville et toutes les rues ont retenu notre attention. Mon appareil photo ne s est pas trop reposé. Ici il y a beaucoup de calèches avec les chevaux et aussi des cavaliers dans le centre ville. C’est assez typique de voir les « Belles Américaines » se partager la route avec les cyclo-pousses, les chevaux et les sidecars. Les maisons sont peintes de couleurs vives et variées. Toutes ont des barreaux métalliques ou bois aux ouvertures. Cela permet de laisser passer l’air dans les maisons tout en étant fermé chez soi ; il n’y a pas de fenêtres. Au travers de toutes ces ouvertures ont peut mesurer le patrimoine de certaines demeures coloniales vraiment magnifiques. Ces maisons sont très profondes avec le plus souvent un patio au centre. Elles sont pour certaines meublées d’époque et ont aussi des faïences et porcelaines d’Europe.

Nous profitons de cette ville et de son ambiance calme. Chaque rue amène ses découvertes. Ici c’est l’école et l’heure de la sieste, les enfants sont bien sages sur des lits pliants. Plus loin c’est la maternité et toutes les futures mamans se balancent sur les rocking-chairs. C’est surement pour entrainer les bébés à apprécier ce balancement qui les accompagnera tout au long de leur vie. Après, quand ils seront grands, qu’ils seront fatigués ou auront besoin de réconfort, ils se balanceront. De façon inconsciente cela les apaisera par réaction au temps ou ils étaient dans le ventre de leur maman. Sur la place se sont les parties d’échec qui se déroulent. Cuba a eu un maitre de renommé mondiale et cette discipline est très pratiquée. Les édifices et bâtiments sont tous particuliers et ont leur histoire.

Nous sommes restés cinq jours et avons alterné les visites de la ville avec des baignades à la plage distantes de sept kilomètres. Pour cela nous prenions un bus, le Hop On/Hop Off ,2 cuc le trajet (1,90€). Le bus nous dépose à la plage de l’hôtel mais nous les transats ce n’est pas notre truc. On s’éloigne un peu en marchant et on se retrouve seul face à la mer. Comme il n’y a pas les aménagements, nous faisons avec les moyens du bord pour faire un pare soleil. Je n’ai pas mon sac à dos et de ce fait ni outils, ni ficelle. Je trouve quelques morceaux de bois, Anita fournit le paréo et pour l’attacher, elle a aussi l’idée de me donner sa culotte et son soutien gorge. Voilà, c’est fait, nous avons passé de bons moments au soleil voilé, bercé par le bruit de l’eau et par les alizés. L’eau est à 28° à peu près et c’est que du plaisir.

Une autre sortie intéressante et agréable, la balade en train dans la Valle de los Ingenios. Nous avons pris le train et comme très souvent dans des vieux trains, j’essaie de me mettre au dernier wagon pour pouvoir voyager avec vue imprenable sur l’arrière. Dans cette vallée se faisait l’exploitation de la canne et aussi du papier réalisé à partir de la bagasse, fibre de la canne à sucre. Il y avait aussi des briquèteries. Maintenant il ne reste que des vestiges de tout cela avec d’anciens bâtiments qui permettaient de loger les esclaves qui travaillaient aux champs. Le paysage est très beau avec de l’élevage, quelques « cow boys » qui guident le bétail dans des champs parsemés de palmiers et en fond la Sierra Escambray. Le train fait plusieurs arrêts et c’est au court de l’un deux que nous promenant dans la campagne nous avons fait la connaissance de Thomas. Il allait au village avec son cheval et transportait un coq. Nous avons échangé avec lui, il était content et nous aussi ! par la suite on l’a revu au village quand le train partait, il levait les bras au ciel pour nous dire au revoir, comme si nous étions des copains de toujours.

Je terminerais cet article par un avis de recherche. Au cours de ce même voyage en train, dans le village de Isnaga , nous avons rencontré Norma. Après une petite causerie elle me dit qu’elle veut faire une photo avec moi. Pourquoi pas ! Au moment de faire la photo elle déboutonne sa chemise pour laisser entrevoir ses avantages. En fait si elle a fait ça c’est parce qu’elle cherche un « chico » , elle nous a demandé si dans nos connaissances nous n’avions pas un ami intéressé. Elle est prête à quitter Cuba pour le grand amour. C est la fille en photo avec moi, elle a 44 ans et pour le reste des renseignements, n’hésitez pas à me contacter si intéressé.

Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades
Trinitad entre visites et baignades

Partager cet article

Repost0

commentaires

Cristina 22/12/2015 21:20

petit coucou pour vous dire que je vous lis même si je n'écris pas bcp !
Merci pour ces beaux reportages ;-)
Bisous à bientôt

Fabienne S 19/12/2015 12:03

J'ado-o-o-o-re la photo du couple âgé !

meunier p. 17/12/2015 10:48

tout cela me rappelle beaucoup de souvenirs;bonne continuation a vous.Patrice et Danielle.

Agnès 17/12/2015 10:45

J'ai beaucoup de plaisir à voyager avec vous ! cette description colorée est passionnante ... ici en France l'hiver n'est pas encore là : il fait doux et la neige n'est pas au RV ! nous n'aurons pas un Noël blanc !
Je vous souhaite de Joyeuses fêtes de fin d'année ! que de souvenirs vous allez avoir ! Bises

Tatopoulos 16/12/2015 14:37

Que d'aventures extraordinaires tellement bien décrites, merci !
Micky