Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 13:55

Camagüey est connue pour ses tinajones, des grandes cruches en terre que l’on utilisait au début du 20ème pour retenir l’eau. Le climat étant très sec et le sol rocheux empêchant de creuser des puits. Malheureusement il n’en reste pas beaucoup actuellement. En tout cas c’est une ville tranquille et ça nous fait du bien après le bruit et la pollution des gaz d’échappement de Santiago. Nous sommes logés dans une grande maison tout en profondeur, notre chambre donne sur le patio. La maison appartient à une avocate à la retraite, une dame avec du caractère qui est tombée sous le charme de Pascal, elle ne voit que par lui! Camagüey est également la ville la plus catholique de Cuba, elle compte 9 églises, lesquelles sont notre repaire pour se retrouver dans la ville. Devant chaque église une place plus au moins animée. Celle de Carmen est très belle, on y a reconstitué des scènes de la vie courante avec des personnages de la ville en bronze, dont un homme qui lit son journal sur un banc. En allant vers la place on s’est trouvé derrière une horde de touristes. Nous avons attendu un peu que la place se vide à nouveau et Pascal est parti faire quelques photos. Il m’a appelé parce qu’il parlait avec quelqu’un, en m’approchant j’ai compris tout de suite. A côté du personnage en bronze qui lisait son journal se trouvait l’original. L’homme qui avait servi de modèle en chair et en os, très sympathique en plus, on a bavardé un peu dans notre espagnol très approximatif. Sur cette même place se trouve un atelier d’art de l’artiste qui a fait ces bronzes. Elle peint également et c’est absolument superbe ce qu’elle fait. Son sujet favori est les femmes fortes, comme elles sont souvent ici, représentées d’une façon très belle et poétique. On retrouve souvent le thème de la machine à coudre dans ces peintures et sculptures, mais détourné de sa fonction initiale, vraiment originale. Faites un petit tour sur son site (je ne suis pas encore allé moi-même, dur dur internet ici…), ça vaut le détour : www.martha-jimenez-es.

Plaza Agramonte se trouve la maison galerie d’un couple de peintres Joel Jover et Ileana Sanchez. On voulait aller la visiter. Il faut payer l’entrée bien sûr, mais en plus dans tous les musées et autres bâtiments payants il faut payer pour faire des photos. Jusqu’ici par contre, même si c’était indiqué, ce n’était pas appliqué. Mais là, rien à faire. Du coup on a fait notre mauvaise tête et nous ne sommes pas rentrés, ce que l’on a quand même regretté ensuite, mais c’était trop tard, parce que fermé. C’est quand même pas très encourageant pour le tourisme d’appliquer ce genre de règlement.

Sur cette même place il y a beaucoup de monde le samedi soir, tout le monde est branché sur…..internet. Incroyable. On avait déjà vu à Santiago et même à Baracoa, que le soir les jeunes (et moins jeunes) se branchaient sur le wifi disponible sur certains places de la ville. Il y a vraiment foule pour internet, tellement qu’il y a des jeunes qui ont des routeurs sur lesquels on peut se brancher pour 1 cuc en illimité, ce qui est nettement moins cher que le tarif officiel de 1 cuc pour 30 min. Comme on ne savait pas, on n’avait pas pris notre ordi et on n’a pas pu essayer le wifi ici. Cela montre bien que les gens ont envie d’être connectés sur le monde comme partout ailleurs

Nous avons également essayé avec notre carte prépayées, mais cela ne marchait pas. Voilà pourquoi on doit à chaque fois faire la queue pendant un bon moment devant la porte du bureau des télécoms locales, afin de pouvoir aller sur un ordinateur d’ici.

En se promenant sur le marché nous avons fait connaissance d’un jeune cubain qui parlait français. La discussion a démarré autour des patates douces blanches, qu’on ne connaissait pas. Il parlait vraiment très bien, sans fautes. Ce n’était pas la première fois qu’on le constatait, déjà l’autre jour avec une serveuse nous avions eu de bons échanges. Ils ont un bon prof de français à l’école. L’école est gratuite à Cuba, l’université aussi. Comme nous a expliqué le jeune homme, le niveau d’études est élevé ici. Lui-même est ingénieur, mais prend encore des cours de langues. Le portugais et le français. Il lit Manon des Sources en ce moment et regarde des films en français quand la chaine de télé cubaine reprend certains programmes de TV5 Monde. IL connaît d’ailleurs pleins d’acteurs français, entre autre notre Gégé national ! Sur le marché non plus il n’y pas abondance dans les produits. Souvent il y a qu’un seul produit sur l’étal, comme toutes ces tresses d’ail par exemple. Comme fruits surtout la papaye (qui est très bonne ici, et très grosse), des bananes, quelques ananas (pas très sucrés), des mangues quand même, et le must absolu ici, l’avocat, le plus gros qu’on ait jamais vu et les meilleurs jamais mangé. On en a à tous les repas ainsi que les œufs, c’est ce qu’on mange le plus ici je crois. Côté viande, surtout du porc, pas de chaine du froid bien sûr. On a quand même mangé de l’agneau chez Elsa qui était succulent. La plus grande queue par contre se trouvait devant l’étal de viande hachée. Je vous assure qu’il faut vraiment avoir faim pour pouvoir manger ça. Bien sûr c’est ce qui est le moins cher.

Nous avons beaucoup marché dans cette ville. J’avais lu qu’il y avait la deuxième école de ballet de Cuba après la Havane ici. Nous nous sommes donc déplacé jusque là pour voir si on pouvait visiter. Il n’y avait pas de cours malheureusement, mais on a pu jeter un coup d’œil. Comme tous les bâtiments, celui-ci est vétuste, mais on sent qu’il y a eu des périodes plus fastes. Sur la route nous sommes passés devant une usine de torréfaction de café, mais impossible d’y rentrer, ça sentait bon pourtant. Egalement sur ce chemin, la maison matrimoniale. L’endroit où on se marie, ou bien où l’on fait les photos officielles pour les 15 ans des jeunes filles ce qui marque l’entrée dans la vie adulte. Elles sont habillées en grande pompe ce jour là, comme toute la famille d’ailleurs, on dirait un mariage. Nous avons eu la chance d’en voir une qui était vraiment très belle. On avait déjà vue cela en Argentine aussi, mais là c’était pour les 18ans. Est-ce une tradition espagnole ou bien quelque chose de l’Amérique Latine?

Plaza los Trabajadores il y a l’église Merced, la plus grande de la ville. Nous y sommes entrés pour voir et en sortant la porte était fermée. Une dame a voulu nous faire la visite guidée des catacombes. Ce sont plutôt des caves voutées qui se succèdent. Ce que j’ai compris de l’histoire c’est qu’on a trouvé là les restes d’une jeune femme emmurée vivante, les ossements sont toujours là et également une croix en bois, sois disant quand on prend la photo on voit Jésus…Autrement pas mal de clous rouillés, venant d’anciens cercueils, de croix ? J’avoue que je n’ai pas tout saisie.

Camagüey est une ville très culturelle. Il y a beaucoup de galeries d’art et d’endroits originaux. Comme le petit café près de notre casa où on a bu un café délicieux. Entourés de sculptures et objets fait à partir de fils barbelés, fourchettes et couteaux en argent, assis sur des meubles faits à partir de veilles machines à coudre singer. Près de notre casa on mange également de très bonnes glaces, énormes!

Demain départ pour Santa Clara, 5 heures de bus !

Anita

camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique
camaguey la catholique

Partager cet article

Repost0

commentaires

Fabienne S 19/12/2015 12:00

Moi aussi je suis vos chroniques avec grand plaisirn mais il y a quelques turbulences dans mon emploi du temps... Allez, un petit mot sur la fête des 15 ans que j'ai vue au Mexique, la jeune fille est une vraie mariée, c'est très fastueux. Je sais qu'elle existe aussi au Chili et en Colombie. Du coup j'ai recherché sur internet : c'est une fête traditionnelle dans toute l'Amérique latine et les 2 pays où cette cérémonie a le plus d'ampleur sont cuba et le Mexique. Besos

laurence 11/12/2015 17:48

Encore mille fois merci pour ce reportage bien détaillé, tout comme les précédents d'ailleurs !!! sans oublier les nombreuses photos que l'on peut admirer !!! Grâce à vous, nous découvrons toujours avec autant d'enthousiasme, vos différents pays visites, et tout cela nous râvit soyez en certains !!!
De plus, l'acces à internet n'est pas toujours évident, par conséquent, nous vous remercions doublement de prendre du temps à tout nous expliquer afin de nous faire partager votre voyage au mieux !! Continuez ainsi, vos commentaires nous font toujours plaisir et sont toujours très attendus !!
Prenez soin de vous et profitez de la vie !!!! Bisous

Bertrand 11/12/2015 09:57

Encore de bien belles photos et un joli récit. Mais on ne sait toujours pas pourquoi c'est ce mec qui a été pris en modèle pour faire la sculpture de bronze....
Bonne continuation

René 10/12/2015 08:03

Bravo pour le reportage et les photos. Sur la photo avec la sculpture et l'origina, Anita aurait dû lire un journal, avec la position du genou droit!!
Bien amicalement.

Bois M et N 09/12/2015 23:13

Bonsoir Anita et Pascal .
Toujours de belles descriptions , nous apprécions vos découvertes . Bonne route .
Amitiés .
Maurice et Nicole .